Un roman à plusieurs...

Le top des recettes en vidéo

Avatar de l’utilisateur
brebis47
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 5735
Inscription : 10 mai 2006 [10:01]
Localisation : Lot et Garonne
Contact :

Re: un roman à plusieurs...

Messagepar brebis47 » 23 oct. 2016 [23:16]

Je priai pour que Sandra ne l’attaque pas avec des questions directes… J’avais peur qu’il se cabre… Il était trop tôt pour ouvrir les hostilités. Il nous fallait patienter au moins jusqu’à l’arrivée de nos hôtes d’honneur. Ceux-ci ne tarderaient plus.
Je sursautai en entendant une voix au micro demandait à l’assistance de bien vouloir prendre place et veiller à ne pas se lever pendant que l’ambassadeur et sa gracieuse épouse rejoignaient la table principale avec le 1er magistrat. Ceci afin d’éviter les bousculades. La sécurité était à son maximum et tout débordement serait traité sans indulgence. Il fallut quelques minutes pour que chacun regagne sagement sa table et que la salle baigne enfin dans un silence respectueux.
- Mesdames, Messieurs, nous sommes heureux d'accueillir des invités aussi prestigieux pour notre soirée caritative....
L’attention de tous fut attirée par le cortège qui passait la porte d’entrée. Beaucoup tendaient le cou pour mieux voir, n’osant pas se lever de leur siège pour ne pas gêner la vue des autres. Les flashs crépitèrent. Le maire s’avançait en compagnie de sa femme qui pour l’occasion avait revêtu un tailleur bouton d’or assorti à la cravate de son mari habillé d’un costume gris perle. A leur côté Khadija, gracieuse dans un caftan immaculé brodé de pierres précieuses et son mari vêtu à l’européenne, veste et pantalon blancs et foulard noué en soie rouge. Deux gardes du corps en vêtement traditionnel ouvraient la marche et deux agents de sécurité se tenaient à l’arrière. Le spectacle était digne des arrivées princières. Il ne manquait plus que le tapis rouge. Ce fut un tonnerre d’applaudissements. Certains qui s’étaient levés furent priés de se rasseoir au plus vite.
Le maire se saisit du micro qu’on lui tendait et prononça des paroles de bienvenue et insista sur l’immense honneur que faisait son illustre invité à notre humble ville. Nouvelle salve d’applaudissements. D’une voix posée et dans un français parfait sans le moindre accent, l’ambassadeur répondit à l’accueil en assurant qu’avec son épouse ils étaient heureux de participer à cette soirée qui avait pour mission de défendre la cause animale. Il avoua que c’était jusque là le cheval de bataille de sa tendre moitié qui avait su le gagner à cette noble cause. Puis citant Bernardin de Saint Pierre il ajouta : « Heureux celui qui trouve dans une femme chérie la sagesse et les grâces »

Avatar de l’utilisateur
brebis47
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 5735
Inscription : 10 mai 2006 [10:01]
Localisation : Lot et Garonne
Contact :

Re: un roman à plusieurs...

Messagepar brebis47 » 28 oct. 2016 [21:00]

C’est certain que dans notre petite ville de Province les célébrités ne se bousculent pas au portillon. A part au centre thermal que je ne fréquente pas.
De la Tour se fendit d’un ‘Excellence’ en s’inclinant profondément pendant que Muriel embrassait tendrement Khadija. Sans façon cette dernière fit le tour de la table pour nous faire la bise à toutes. La femme du maire n’étant pas habituée à ce qu’elle jugeait une familiarité, se contenta de nous serrer la main mollement en nous adressant un sourire qui me sembla un peu artificiel. Son rang la forçait à garder un visage réjouit en toute occasion. La poignée de main de son mari fut énergique pour les hommes. Pour les femmes il réserva le baise-main, accompagné d’un compliment sur notre tenue. Son excellence nous salua la main sur le cœur : « as salàm ‘ali-koum ». Karim répondit : « wa ’ali-koum es-salàm ». Et moi j’ajoutai le seul mot que je connaissais : » choukrane, » copiée par ma mère et Sandra qui se fendirent d’une demi-révérence. Heureusement pour nous, notre hôte nous mit tout de suite à l’aise en nous priant de nous asseoir. Avec humour il nous demanda de ne pas faire de salamalecs entre nous….et de le considérer comme un simple mortel !
Karim demanda si un souci avait retenu le 1er adjoint. C’est vrai qu’il y avait une place vacante !
Le maire remercia de l’attention que nous portions à son très cher ami et expliqua que son absence était due à l’état de son épouse qui s’était aggravé pendant la nuit et avait nécessité une hospitalisation.


Amis lecteurs, si l'un de vous connait les usages en manière de salutations avec une célébrité marocaine qu'il n'hésite pas à me corriger. Je le remercie par avance.

Avatar de l’utilisateur
brebis47
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 5735
Inscription : 10 mai 2006 [10:01]
Localisation : Lot et Garonne
Contact :

Re: un roman à plusieurs...

Messagepar brebis47 » 28 oct. 2016 [21:24]

Excusez-moi j'ai oublié un morceau du texte.
Je reprends l'ensemble.


J’étais sous le charme comme la plupart des gens qui applaudirent. Ensuite il saisit la main de Khadija et la guida vers notre table, suivi par le maire et son épouse qui arborait un sourire béat. J’étais tétanisée. Dans 2 secondes je devrais saluer et me présenter sans bafouiller. Je tournai un regard suppliant vers Karim qui m’aida à me lever, tant mes jambes étaient devenues comme du coton. A côté de moi Sandra frétillait, toute excitée par cette rencontre. ‘Ce n’est pas tous les jours qu’on dîne avec des personnes aussi illustres’ susurra-t-elle.
C’est certain que dans notre petite ville de Province les célébrités ne se bousculent pas au portillon. A part au centre thermal que je ne fréquente pas.
De la Tour se fendit d’un ‘Excellence’ en s’inclinant profondément pendant que Muriel embrassait tendrement Khadija. Sans façon cette dernière fit le tour de la table pour nous faire la bise à toutes. La femme du maire n’étant pas habituée à ce qu’elle jugeait une familiarité, se contenta de nous serrer la main mollement en nous adressant un sourire qui me sembla un peu artificiel. Son rang la forçait à garder un visage réjouit en toute occasion. La poignée de main de son mari fut énergique pour les hommes. Pour les femmes il réserva le baise-main, accompagné d’un compliment sur notre tenue. Son excellence nous salua la main sur le cœur : « as salàm ‘ali-koum ». Karim répondit : « wa ’ali-koum es-salàm ». Et moi j’ajoutai le seul mot que je connaissais : » choukrane, » copiée par ma mère et Sandra qui se fendirent d’une demi-révérence. Heureusement pour nous, notre hôte nous mit tout de suite à l’aise en nous priant de nous asseoir. Avec humour il nous demanda de ne pas faire de salamalecs entre nous….et de le considérer comme un simple mortel !
Karim demanda si un souci avait retenu le 1er adjoint. C’est vrai qu’il y avait une place vacante !
Le maire remercia de l’attention que nous portions à son très cher ami et expliqua que son absence était due à l’état de son épouse qui s’était aggravé pendant la nuit et avait nécessité une hospitalisation.

Avatar de l’utilisateur
brebis47
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 5735
Inscription : 10 mai 2006 [10:01]
Localisation : Lot et Garonne
Contact :

Re: un roman à plusieurs...

Messagepar brebis47 » 30 oct. 2016 [18:07]

Le ‘directeur de cérémonie’ continuait son monologue, en remerciant la municipalité, les forces de l’ordre, le propriétaire de l’Eldorado, les nombreux volontaires, tous ceux qui contribuaient au bon déroulement de cette soirée qui allait débuter par un apéritif de bienvenue. Les serveurs se dispatchèrent dans toutes les directions, un carnet à la main pour noter les différentes commandes. Quatre choix possibles : eau, jus de fruit, kir royal ou sangria.
Muriel fit soudain une remarque qui aurait pu provoquer la suspicion chez son amoureux :
« Sandra, tu ne trouves pas que notre serveur ressemble comme un frère jumeau à ton mari. Tu ne nous aurais pas dit qu’il était à une compétition, je jurerais que c’est lui ! »
Mon amie ne se démonta pas : « A part qu’il a les cheveux gominés et une petite moustache ! On dirait Vincent Cassel dans Mesrine …. » Annie et ma mère pouffèrent : «Mumu, tu es incorrigible… Tu te souviens lorsque tu as embrassé un monsieur en étant certaine qu’il s’agissait d’un cousin ? Heureux pour toi que sa femme est ri de la situation !»
Pendant les 15 minutes qui suivirent l’animation fut vive. Les convives faisaient connaissance pendant qu’une musique douce s’échappait des immenses baffles posées de chaque côté du podium. J’aperçu la chevelure flamboyante de Ben assis près de la sono.
Personne ne remarqua le signe que fit l’ambassadeur à l’un de ses gardes qui sembla apparaître comme par magie. Il s’inclina respectueusement et suivant les ordres de son maître il invita un homme d’une soixantaine d’années, installé à quelques mètres, à se joindre à nous. Imposant, souriant et d’un physique avantageux, lord John Milton remercia vivement à la satisfaction évidente de Muriel qui le connaissait. Leur joie était manifeste ! Ils se retrouvaient après deux années où pas mal d’événements les avaient tenus éloignés. Les yeux de De La Tour jetaient des flammes….

Avatar de l’utilisateur
brebis47
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 5735
Inscription : 10 mai 2006 [10:01]
Localisation : Lot et Garonne
Contact :

Re: un roman à plusieurs...

Messagepar brebis47 » 02 nov. 2016 [19:58]

Nous apprîmes que, suite au décès de son épouse Mary il avait laissé les reines de son entreprise à son fils aîné et que, désormais il se consacrait à des activités de loisirs et aux œuvres caritatives que sa tendre moitié avait toujours soutenues. Il n'était pas fâché d'avoir lâché la bride. Pendant de longues années, en compagnie de son épouse, il avait fait de très nombreux voyages au Maroc où il y avait installé une antenne de son groupe. Ils avaient eu l’insigne honneur d’être invités à plusieurs cérémonies données par Son Excellence. Ils y croisèrent Muriel qui venait de ‘sauver’ la vie de Khadija et qui sympathisa avec Mary qui partageait avec elle le goût de la musique et des danses orientales.
Il assura à Muriel que Mary s’était éteinte sans souffrir, entourée de toute sa famille. Une ombre passa dans son regard mais il retrouva vite son entrain.
« Nous sommes ici pour une belle cause et cette soirée s’annonce merveilleuse en bien agréable compagnie ! Je m’en voudrais de la gâcher par d’inutiles jérémiades… Mektoub »
Là je n’eus pas besoin qu’on me traduise…..
Le médecin qui avait soigné mon père au début de sa maladie avait mis du temps à se rendre compte qu’il souffrait d’un cancer. Ma mère avait exigé qu’il lui fasse passer des examens plus approfondis. Lorsqu’arriva le terrible verdict, il se contenta de dire « Mektoub ». Il va s’en dire qu’il ne remit plus les pieds chez nous. Mon père fut suivi directement par un spécialiste mais malheureusement le mal avait gagné du terrain. Deux ans après il décédait.
Je n’ai jamais cru que Dieu désirait le malheur des humains et qu’il en soit responsable.
Un homme aux cheveux gris,qui se présenta comme le responsable de l’association départementale, prit le micro pour expliquer la suite des ‘festivités’.

Avatar de l’utilisateur
brebis47
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 5735
Inscription : 10 mai 2006 [10:01]
Localisation : Lot et Garonne
Contact :

Re: un roman à plusieurs...

Messagepar brebis47 » 06 nov. 2016 [18:04]

-Le but de cette soirée n’est pas de convaincre du bien fondé de notre action puisque cette salle ne contient que des amis des bêtes, mais plutôt un appel à la générosité de tous pour que les projets de l’association puissent être menés sans être entravés par le manque d’argent. Chaque offrande, quel que soit son montant, va contribuer à soutenir ou à créer un centre d’hébergement ou une clinique vétérinaire… Des bénévoles se dépensent sans compter et seraient heureux qu’on vienne les épauler. Bienvenue à tous ceux qui sont tentés par l’aventure….Au contact des animaux vous apprendrez ce qu’est la vraie humanité et vous partagerez avec des gens de tous les horizons le véritable sens des valeurs….
L’orateur s’enflammait et la foule le suivait, sensibilisée par l’accent de sincérité que dégageaient ses paroles…
- La protection des animaux, particulièrement ceux qui sont en voie de disparition, est devenue une priorité à notre époque. Je rappelle le constat alarmant :

Les populations de vertébrés - poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles ont chuté de 58% entre 1970 et 2012
Or, si nous ne faisons rien pour inverser la tendance, ce déclin pourrait continuer à s’aggraver jusqu’à atteindre 67% d’ici 2020.
Une espèce animale ou de plante disparaît toutes les 20 minutes soit 26280 espèces disparues chaque année. Près d'un quart des espèces animales et végétales pourrait disparaître d'ici le milieu du siècle en raison des activités humaines.
Nous fûmes invités à regarder quelques images commentées par deux spécialistes qui m’étaient inconnus. Ne voulant pas me faire remarquer comme néophyte, j’applaudis généreusement, soutenue par Sandra et ma mère. Le regard de Karim était malicieux pendant que celui de De la Tour me transperçait.
L’apéritif avait été servi avec quelques amuse-bouches pour nous permettre de patienter . Pour cacher mon malaise je picorai un canapé au saumon.

Avatar de l’utilisateur
brebis47
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 5735
Inscription : 10 mai 2006 [10:01]
Localisation : Lot et Garonne
Contact :

Re: un roman à plusieurs...

Messagepar brebis47 » 09 nov. 2016 [18:57]

La nuit était tombée. Les lumières tamisées donnaient à la salle un caractère intime et, curieusement, les gens ne montraient aucune impatience, écoutant sagement ou échangeant à voix basse quelques réflexions. Rien à voir avec les rassemblements auxquels j’avais assisté où le service d’ordre devait souvent rétablir le calme…..
Le président reprit la parole et félicita vivement l’assistance de l’attention manifestée et nous souhaita un excellent repas. Il remercia les chefs qui avaient bénévolement concocté trois menus dignes des meilleurs restaurants. Des applaudissements généreux crépitèrent.
Chaque invité avait par avance décidé de ses préférences lors des réservations. Karim avait choisi pour moi et je fus heureuse de voir combien il connaissait mes goûts culinaires.
A notre table nous avions tous opté pour les coquilles Saint Jacques sur un lit de poireaux! Excepté le Jean-Mi qui préféra l’assiette gourmande composée de diverses charcuteries et Annie qui choisit l’assortiment printanier - tomates, concombre et pointes d’asperge.
Chaque table avait son serveur ou serveuse attitré. Le ‘nôtre’ travaillait avec dextérité, évitant de s’attarder près de Muriel qui ne pouvait s’empêcher de le dévisager. Maman se moqua d’elle en lui demandant s’il lui avait tapé dans l’œil. Au cas, elle pourrait lui demander son numéro de téléphone. De la Tour ne sembla pas apprécier la plaisanterie qui pourtant fit sourire même la sérieuse Monique qui nous avait permis d’utiliser son prénom. De là à passer au tutoiement, il lui faudrait sans doute quelques verres de vin… pensai-je… En parlant d’alcool, je remarquai que le Jean-Mi avait la descente rapide et qu’il veillait à remplir à chaque fois le verre de Mumu… De son côté, le maire semblait plus détendu depuis que John Milton s’était joint à nous. C’est vrai qu’il était réellement sympathique et que Muriel avait retrouvé en sa présence son dynamisme habituel. Autant elle rayonnait, autant son ‘fiancé’ faisait grise mine, ne desserrant les dents que lorsque son silence aurait paru trop impoli.
La conversation se dirigea faire des faits d’actualité pendant que nous savourions notre entrée. Personnellement je me contentais d’acquiescer et laisser Karim commenter notre romance. J’appréciai la façon dont il détourna habilement le sujet pour revenir à des questions plus générales. Sandra ne put s’empêcher de s’extasier sur les bijoux de Khadija, particulièrement sur une bague de grande valeur.

Avatar de l’utilisateur
brebis47
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 5735
Inscription : 10 mai 2006 [10:01]
Localisation : Lot et Garonne
Contact :

Re: un roman à plusieurs...

Messagepar brebis47 » 13 nov. 2016 [11:03]

Présent dans sa famille depuis de nombreuses générations, elle expliqua que le bijou était composé d’un diamant rose de 10 carats sur une monture en or. Il avait était estimé à près de 20 millions de dollars. Devant notre étonnement son mari nous fit un rappel de quelques uns des bijoux les plus chers du monde.
La Pink Dream, c’est la bague qui porte le plus gros diamant rose, le plus pur et le plus transparent. Elle a été achetée par Isaac Wolf en 2013, alors qu’elle portait encore le nom de « Pink Star », pour le prix de 83.19 millions de dollars.
Le Graff Pink appartenait d’abord au célèbre bijoutier Harry Wintson, avant d’être acquis par la bijoutière Laurence Graff en 2010. Le diamant rose, de 24.78 carats, a été marié avec du platine pour former une bague en rectangle. Le prix de ce bijou est de 46.2 millions de dollars.
Taillé en forme rectangulaire, le Rose Parfait est un diamant rare de 14.23 carats. Il a été acheté par un anonyme en 2010, pour le prix de 23.2 millions de dollars.
Et enfin, à la première place on retrouve Le Hope, également appelé Le Bleu de France ou Le Bijou du Roi. C’est le plus gros diamant bleu dans le monde à ce jour. Exposé au National Museum of Natural History de Washington, il vaut 200 millions de dollars.
Nous étions bouche bée devant ces prix pharaoniques !
Il finit en affirmant que personne ne portait mieux cette bague que sa merveilleuse épouse !
C’est certain que je ne me voyais pas avec un trésor pareil sur moi. Telle que je me connais je ferais une véritable psychose à l’idée de l’égarer ou de me faire agresser.
Sandra avait aussi flashé sur la pochette Gucci de Muriel. Elle me souffla dans l’oreille qu’elle devait valoir pas loin de 1000 euros. Je faillis m’étouffer. J’avais fait une ‘folie’ en payant 25 euros pour mon petit sac boule qui m’avait tapé dans l’œil mais impensable pour moi de mettre 1000 euros dans un accessoire qui me servirait pour mes rares sorties avec des potes…. ‘Nous n’avions pas les mêmes valeurs’ c’est certain….Il me suffisait mon fourre-tout complètement déformé que je traînais partout, assez grand pour y glisser un sandwich et une bouteille d’eau et, de temps en temps un gilet au cas d’un petit rafraîchissement en fin de journée…. Je savais que mon amie était sensible à tout ce qui touche à la mode et incollable sur les prix des articles de luxe. Pour Jo c’était plutôt les voitures. Pourtant, aucun des deux ne se montraient envieux…. Ils assumaient leurs goûts pour les belles choses sans essayer de les acquérir…. Leur philosophie : « Rien n’est plus triste qu’un désir assouvi. Il faut bien constater que, maintenant que nous avons la lune, nous ne savons pas quoi en faire. »

Avatar de l’utilisateur
brebis47
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 5735
Inscription : 10 mai 2006 [10:01]
Localisation : Lot et Garonne
Contact :

Re: un roman à plusieurs...

Messagepar brebis47 » 13 nov. 2016 [11:06]

Ouh la vilaine faute... ça m'apprendra à ne pas me relire...
Pas il avait était estimé... mais il était estimé....
N'hésitez pas à me corriger...

Avatar de l’utilisateur
brebis47
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 5735
Inscription : 10 mai 2006 [10:01]
Localisation : Lot et Garonne
Contact :

Re: un roman à plusieurs...

Messagepar brebis47 » 14 nov. 2016 [17:55]

Le hasard de mon histoire m'a fait parler de la lune qui ce soir est à l'honneur! Malheureusement ici le ciel est couvert.... Quel dommage!


Jean Dutourd illustrait bien l’acharnement des hommes à obtenir des choses inaccessibles. Une fois obtenues elles perdent leur valeur et ne font plus partie des rêves qui enchantaient notre vie. Oscar Wide disait : « Il y a 2 tragédies dans la vie, l’une de ne pas satisfaire son désir et l’autre de le satisfaire. » Je suis assez d’accord pour les désirs à notre portée. Par exemple trouver un boulot qui nous plait, la personne qui fera notre bonheur, des désirs tout à fait légitimes… Une fois accomplit on se sent ‘rassasié’, ‘complet’. Sinon on nourrit du ressentiment envers la vie qui ne nous a pas gâtés…. Lorsque nos désirs sont démesurés, hors d’atteinte comme la lune pendant des siècles, ils doivent rester au stade du rêve… Bien triste est celui qui ne rêve plus…. Tragique, comme dit Oscar Wide, pour celui qui, à force de lutter les réalise pour ensuite se sentir blasé. Le but tant espéré passe dans une réalité qui les déçoit en perdant cette part de merveilleux qui le rendait si désirable !
La lune semblait me faire un clin d’œil à travers la vitre qui dominait la porte d’entée. Les accès de la salle ayant été fermés par soucis de sécurité, la clim fonctionnait afin de maintenir une température agréable. Il est certain que l’Eldorado était le lieu parfait pour un tel rassemblement. Son propriétaire s’était montré discret en restant en retrait. Il s’était contenté de quelques poignées de main avant de filer dans les coulisses pour surveiller le bon déroulement des festivités. Pour l’instant je lui donnais 10 sur 10.

Avatar de l’utilisateur
brebis47
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 5735
Inscription : 10 mai 2006 [10:01]
Localisation : Lot et Garonne
Contact :

Re: un roman à plusieurs...

Messagepar brebis47 » 16 nov. 2016 [20:30]

Le regard acéré de De la Tour me pesait tant que je me penchai vers Karim dans un geste tendre. « Tu crois qu’il est atteint de Lycanthropie. Mon sang se glace lorsque je le vois. Avec les rayons de lune on dirait un loup. Il me donne la chair de poule. »
Karim me rassura en serrant fortement ma main dans la sienne. « N’aie pas peur ma petite poule… Je ne laisserai pas ce méchant loup de dévorer… » Nos murmures avaient été entendus par ma mère qui a toujours eu l’ouïe très fine. John Milton n’avait perçu qu’une partie des mots. « Vous parliez ma chère Madison de loups? C’est vrai que nous monopolisons un peu la conversation. Nous les ‘vieux’ nous devrions écouter plus souvent ce que les jeunes ont à dire. C’est à eux qu’appartient l’avenir ! »
Son ‘excellence’ appuya : « Très cher John vous avez raison. Je salue comme toujours votre bon sens. Laissons la parole à cette charmante demoiselle et à son amie, non moins charmante, qui ont certainement beaucoup à nous apprendre. »
J’allais contester le terme ‘vieux’ mais un nœud s’était formé dans ma gorge. Je ne suis pas du genre timide mais, avouons, que ce n’est pas tous les jours qu’on vous invite à vous exprimer devant des personnalités si haut placées !
Ma mère vint à mon secours…. « Madison est sensibilisée par le sort réservé aux loups qui subissent le poids d’une réputation que les légendes ont accentué. » Merci maman pensai-je, réussissant enfin à sortir des paroles audibles : « J’ai vu dernièrement un reportage accablant …. »
J’étais devenue soudain une Xéna guerrière, défenderesse des canis lupus, présentant des arguments en faveur de cette race mal aimée. La pression de la main de Karim me stimulait pendant que la moue de dédain de l’exécrable Jean-Mi me galvanisait…. J’allais montrer à ce loup-garou que je n’avais pas peur de ses crocs... oui je me battrai pour sortir ma gentille Mumu de ses vilaines griffes. Mon discours était à double sens, perceptible uniquement par ceux qui étaient au courant de la duperie de l’individu haïssable qui essayait de se faire passer pour un amoureux transi …
Sandra, profitant de l’attention particulière dont nous étions devenues l’objet, fit carrément allusion aux humains qui se comportent comme des loups…. Avec sournoiserie ils s’attaquent à des proies faciles et se montrent plus dangereux pour leurs pauvres victimes que ces canidés pourchassés sans merci depuis la nuit des temps.
Le maire ouvrit la bouche pour dire d’un ton sentencieux: « L’homme est un loup pour l’homme ! ». Sa femme gloussa et pragmatique fit remarquer que notre beau serveur arrivait les bras chargés de victuailles odorantes.

Avatar de l’utilisateur
brebis47
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 5735
Inscription : 10 mai 2006 [10:01]
Localisation : Lot et Garonne
Contact :

Re: un roman à plusieurs...

Messagepar brebis47 » 18 nov. 2016 [20:03]

Curieusement j’avais les crocs ! Et je bavais déjà…. La bataille verbale m’avait ouvert l’appétit. Les Saint-Jacques avaient glissé sans problème et je me sentais prête à attaquer la suite plus substantielle.
Le plat de résistance était, au choix, un chateaubriand sauce béarnaise servi avec des frites maison et des tomates provençales ou du cabillaud sauce verte avec du riz au safran et des pointes d’asperge ou une omelette aux cèpes accompagnée de petits pois et salade verte. Karim nous avait choisi la viande qui se révéla tendre comme du beurre… les autres menus étaient tout aussi alléchants mais nous ne sommes plus à l’époque des seigneurs qui s’empiffraient!
Craignant de faire une gaffe et de me ridiculiser, je copiais méticuleusement les manières distinguées de Khadija qui me souriait gentiment. Il me souvient de ma sœur qui, invitée dans un grand restaurant de la capitale, avait eu peur de choisir une volaille difficile à découper. En prenant un morceau d’onglet elle pensait minimiser les risques. Malheureusement pour elle, le couteau dérapa et les pommes noisettes roulèrent sur la nappe immaculée, certaines finissant leur course entre les pieds des convives… Une mésaventure qui pourrait aisément m’arriver ce soir, tant je suis crispée sur mes couverts. Heureusement qu’ils ne sont pas en plastique….

Avatar de l’utilisateur
brebis47
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 5735
Inscription : 10 mai 2006 [10:01]
Localisation : Lot et Garonne
Contact :

Re: un roman à plusieurs...

Messagepar brebis47 » 20 nov. 2016 [19:40]

Camille devait penser à nous en ce moment et cette idée me donna du baume au cœur. Je l’entends m’encourager :
« Plus souples les poignets…. Les bras près du corps…. Souviens-toi des leçons de mamie. «Vous décollez ou vous atterrissez ? …. On ne met pas ses coudes sur la table et on se tient droit…. » maugréait ma grand- mère qui essayait de nous apprendre à nous ‘comporter’ en société… Pas question avec elle de prendre une frite avec les doigts !
De la Tour déchirait sa viande avec une certaine rage comme un animal qui préserve sa gamelle des autres prédateurs. Muriel avait opté pour le poisson et son riz dont le parfum lui rappelait les fabuleux repas organisés dans la somptueuse demeure de Khadija. Elle fut suivie sur ce terrain par John que la nostalgie rendait poétique. Il déclama quelques vers qui encensaient l’orient et ses odeurs envoutantes… Muriel avait des étincelles dans les yeux pendant que, par son attitude, son ‘fiancé’ ne cachait pas qu’il était hermétique à la poésie.
On le sentait impatient…. Il remplit pour la énième fois son verre et voulut faire de même pour celui de sa compagne qui posa prestement sa paume dessus. « J’ai assez bu d’alcool pour l’instant. En attendant le champagne, je me contenterai d’eau. »
Le ton était un peu sec. Etait-elle déçue par le comportement renfermé de son prince charmant ? Il me sembla qu’il ne faisait aucun effort pour se rendre agréable comme s’il en n’avait plus rien à faire…. Comme si le but qu’il s’était fixé était atteint …. Mais quel était ce but ?
Et si celui-ci était tout simplement de se retrouver assis autour de cette table. Il lui avait suffit de se rapprocher de l’héroïne mystérieuse qui avait sauvé Kkadija. Depuis quelques mois la présence de ces deux femmes soudées par une amitié indéfectible et du prestigieux époux avait été annoncée dans la presse avide de ce genre de ‘happy end ‘. Le lieu de la soirée caritative avait été modifié au dernier moment à cause des dégradations causées par une bande de voyous…. De là à penser qu’il avait joué un rôle dans le saccage de la salle, il n’y avait qu’un pas que j’avais allègrement franchi….

Avatar de l’utilisateur
brebis47
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 5735
Inscription : 10 mai 2006 [10:01]
Localisation : Lot et Garonne
Contact :

Re: un roman à plusieurs...

Messagepar brebis47 » 23 nov. 2016 [06:55]

L’Eldorado était apparu alors comme providentiel….Difficile de savoir exactement quel était le lien qui unissait le triste sir au propriétaire de cet établissement de renom … A tous les coups, Luc Debout lui était redevable …. Un cadavre dans l’armoire ? Quelque soit le lien, même ancien, j’étais certaine que Ben finirait par le dénicher. il était suffisamment solide pour que, contre son gré, Debout se trouve mêlé à une affaire qui pouvait lui faire perdre l’excellente réputation qu’il avait acquise depuis ces dernières années….
Les serveurs amenèrent des plateaux de fromages : brebis, chèvre, vache…. accompagnés de petits pains aux noix ou au sésame. Impossible de résister ! Je craquai pour du roquefort – tant pis pour l’haleine - et du brebis avec un soupçon de confiture de cerises noires… hum….
Une pause musicale était prévue avant le dessert. Muriel se leva en annonçant qu’elle devait se rendre aux toilettes et proposa à Khadija de l’accompagner. Celle-ci n’eut pas le temps de prononcer un mot que l’un des deux gardes apparut comme le bon génie d’Aladin pour tirer sa chaise, décidé à la suivre comme son ombre. Elle lui lança un ordre et il retourna à son poste. Sandra croisa mon regard.
« Tu viens, Madi, nous ferions bien de profiter aussi de cette interlude. » Ouf, pensai-je »
Je n’avais pas osé prendre l’initiative…. Quel bonheur de se dégourdir les jambes et d’aller soulager sa vessie…
Tout en pressant le pas elle ajouta : « Il n’est pas question de les quitter des yeux »
Plusieurs personnes attendaient devant les deux toilettes séparées par environ 4 m de couloir.. Les femmes s’écartèrent pour laisser passer Khadija qui remercia d’un hochement gracieux de la tête. Elle fit un signe de la main.
Les gardes nous laissèrent la suivre après avoir vérifié que l’endroit était libre. La pièce d’entrée qui comportait les 5 vasques surmontées de miroirs m’avait fait une grande impression la première fois que j’étais venue. Vraiment la somptuosité des lieux me frappa à nouveau. Tout y était nickel jusqu’aux fleurs fraîchement coupées et arrangées aves goût.

Avatar de l’utilisateur
brebis47
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 5735
Inscription : 10 mai 2006 [10:01]
Localisation : Lot et Garonne
Contact :

Re: un roman à plusieurs...

Messagepar brebis47 » 24 nov. 2016 [19:21]

Malgré la bonne isolation phonique, j’entendis distinctement la voix de Pierre-Yves qui dominait le brouhaha de la salle. « Mesdames, vous serez aimables de bien vouloir patienter. Pour les urgences un WC côté homme va vous être libéré.» puis « Laissez passer s’il vous plait ».
Une employée entra en s’excusant de devoir réapprovisionner les distributeurs à papier et à savon. Elle mit à peine une minute à vérifier, passa un chiffon désinfectant sur les cuvettes et nous dit d’un ton enjoué tout en faisant une courbette absolument ridicule: «Voilà mes seigneuries, vous pouvez vous servir des WC ». Ce que firent Khadija et Muriel en premier.
Ensuite elle posa son panier sur le bord d’un lavabo et entreprit de nettoyer les vitres et les paillasses soi-disant salies par les éclaboussures. Nous l’entendîmes ronchonner après les gens qui ne prennent pas soin du matériel. Franchement, je ne sais pas où elle voyait de la saleté. Un chirurgien aurait pu opérer un patient sans craindre une infection nosocomiale ! Mumu et son amie étaient sorties et choisirent les deux lavabos ‘propres’. Khadija enleva sa bague pour se savonner les mains. Avant de fermer la porte du WC j’eus le temps de la voir la poser avec d’infimes précautions.
Il me fallut à peine 10 secondes avant de rouvrir la porte et d’apercevoir Khadija qui se rinçait minutieusement les mains. Mumu lui tournait le dos occupée à sécher les siennes tout en remarquant combien elle appréciait le parfum de l’onctueux savon.
C’est au moment où Sandra sortait à son tour des toilettes qu’un bruit accompagné d’un juron bien français nous fit toutes sursauter. Le panier en osier contenant les produits d’entretien s’était répandu sur le carrelage et l’employée paniquée se tenait la tête en pleurant qu’elle allait se faire renvoyer. Nous plongeâmes toutes les quatre à la recherche des flacons, brosses et chiffons que nous rassemblèrent rapidement. Khadija consola la pauvre fille en l’assurant qu’aucune mesure ne serait prise contre elle pour si peu de choses !
Personnellement je trouvais que la fille en faisait un peu trop !


Revenir vers « Coin lecture : Livres, bouquins, romans, littérature, poésies... « »

Autres discussions