Les saisons

Avatar de l’utilisateur
julie11
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 1369
Inscription : 23 févr. 2006 [14:10]
Localisation : des côteaux et des vergers

Re: Les saisons

Messagepar julie11 » 04 août 2020 [09:26]

Image Image Image Image



Image



Chaleur


Tout luit, tout bleuit, tout bruit,

Le jour est brûlant comme un fruit

Que le soleil fendille et cuit.

Chaque petite feuille est chaude

Et miroite dans l’air où rôde

Comme un parfum de reine-claude.

Du soleil comme de l’eau pleut

Sur tout le pays jaune et bleu

Qui grésille et oscille un peu.

Un infini plaisir de vivre

S’élance de la forêt ivre,

Des blés roses comme du cuivre.

:baton_glace: :sp8: :sp10: :sp15: :sp8:

Image



Image Image Image

Avatar de l’utilisateur
smilla
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 2409
Inscription : 10 mars 2013 [13:31]

Re: Les saisons

Messagepar smilla » 12 août 2020 [16:19]

:kikou: :kikou:


L'oreiller d'une petite fille


Cher petit oreiller, doux et chaud sous ma tête,
Plein de plume choisie, et blanc ! et fait pour moi !
Quand on a peur du vent, des loups, de la tempête,
Cher petit oreiller, que je dors bien sur toi !

Beaucoup,beaucoup d'enfants pauvres et nus,sans mère,
Sans maison, n'ont jamais d'oreiller pour dormir ;
Ils ont toujours sommeil. Ô destinée amère !
Maman ! douce maman ! cela me fait gémir.

Et quand j'ai prié Dieu pour tous ces petits anges
Qui n'ont pas d'oreiller, moi, j'embrasse le mien.
Seule, dans mon doux nid qu'à tes pieds tu m'arranges,
Je te bénis, ma mère, et je touche le tien.

Je ne m'éveillerai qu'à la lueur première
De l'aube ; au rideau bleu c'est si gai de la voir !
Je vais dire tout bas ma plus tendre prière :
Donne encore un "bisou", douce maman ! Bonsoir !



Image
tu sais, je suis pauvre, et mes rêves sont mes seuls biens,
Sous tes pas, j'ai déroulé mes rêves,
Marche doucement, parce que tu marches sur mes rêves.
WB Yeats

Avatar de l’utilisateur
julie11
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 1369
Inscription : 23 févr. 2006 [14:10]
Localisation : des côteaux et des vergers

Re: Les saisons

Messagepar julie11 » 13 août 2020 [09:21]

Image

:sp10: :sp8: :sp15: :sp8: :rose:


Il brille, le sauvage Été,
La poitrine pleine de roses.
Il brûle tout, hommes et choses,
Dans sa placide cruauté.

Il met le désir effronté
Sur les jeunes lèvres décloses ;
Il brille, le sauvage Été,
La poitrine pleine de roses.

Roi superbe, il plane irrité
Dans des splendeurs d’apothéoses
Sur les horizons grandioses ;
Fauve dans la blanche clarté,
Il brille, le sauvage Été.



Image Image

Avatar de l’utilisateur
julie11
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 1369
Inscription : 23 févr. 2006 [14:10]
Localisation : des côteaux et des vergers

Re: Les saisons

Messagepar julie11 » 15 août 2020 [10:43]

:rose: :anem: :souci: :souci: :anem: :rose: :rose: :anem: :souci:

Image Image Image

Le bébé, dans le jardin,
Comme un petit chat se glisse.
« Bonjour ! » dit le romarin.
« Je sens bon » dit la mélisse.

« Comme il fait beau ce matin ! »
Dit le coq aux plumes lisses.
« Fait beau ? » disent les poussins.
« Beau » dit leur maman nourrice.

« Veux-tu nous donner la main ?
Vois nos gentilles cabanes ! »
Disent les petits lapins.
« Vois mon trou » dit le lucane.

« Moi » dit l’escargot malin
« Je porte ma maisonnette. »
« Moi je dors dans le bassin »
Dit en sautant la rainette.

« Sous ma peau jaune à gros grains,
Vois si mon ventre bat vite ! »
Dit le crapaud tout chagrin,
« Faudra-t-il que je t’évite ? »

Mais le bébé du jardin
Fait sa voix la plus petite
Et dit : « Bonjour, mon copain,
Je suis un frère en visite.
Un prince, peut-être bien,
Sous ta robe jaune habite ? »

Le crapaud cligne un oeil fin
Et sa main droite s’agite.
Un prince, peut-être bien…
C’est une fable au jardin.


Image Image Image

Avatar de l’utilisateur
smilla
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 2409
Inscription : 10 mars 2013 [13:31]

Re: Les saisons

Messagepar smilla » 22 août 2020 [16:17]

Goutte de lumière


Si vous saviez ce qu'il y a
Dans l'œil sans fond d'un petit chat,
Qu'il soit jaune, vert ou lilas
Vrai, vous n'en reviendrez pas !
On y voit des oiseaux de lune,
Des palais de laine et de lait,
Le sphinx émergeant de ses lunes,
Et des ballets ultraviolets.
Sur des bassins d'une eau sans rides,
S'épanouit la fleur de lotus
Tandis qu'une main translucide
Peint des soleils sur papyrus.
Tout l'univers est reflété
Dans cette goutte de lumière
Qui ouvre sur l'éternité
Ainsi qu'un hublot sur la mer.

Marc Alyn Image

:minette: :coeur:

tu sais, je suis pauvre, et mes rêves sont mes seuls biens,

Sous tes pas, j'ai déroulé mes rêves,

Marche doucement, parce que tu marches sur mes rêves.

WB Yeats

Avatar de l’utilisateur
julie11
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 1369
Inscription : 23 févr. 2006 [14:10]
Localisation : des côteaux et des vergers

Re: Les saisons

Messagepar julie11 » 23 août 2020 [12:06]

Image Image




Image Image


Clairette et la fourmi
j'étais pas l'amant de Clairette,
Mais son ami.
De jamais lui conter fleurette
J'avais promis.
Un jour qu'on gardait ses chevrettes
Aux champs, parmi
L'herbe tendre et les pâquerettes,
Elle s'endormit.
L'herbe tendre et les pâquerettes,
Elle s'endormit.

Durant son sommeil, indiscrète,
Une fourmi
Se glissa dans sa collerette,
Quelle infamie !
Moi, pour secourir la pauvrette,
Vite je mis
Ma patte sur sa gorgerette :
Elle a blêmi.
Ma patte sur sa gorgerette :
Elle a blêmi.

Crime de lèse-bergerette
J'avais commis.
Par des gifles que rien n'arrête
Je suis puni,
Et pas des gifles d'opérette,
Pas des demies.
J'en ai gardé belle lurette
Le cou démis.
J'en ai gardé belle lurette
Le cou démis.

Quand j'ai tort, moi, qu'on me maltraite,
D'accord, admis !
Mais quand j'ai rien fait, je regrette,
C'est pas permis.
Voilà qu'à partir je m'apprête
Sans bonhomie,
C'est alors que la guillerette
Prend l'air soumis.
C'est alors que la guillerette
Prend l'air soumis.

Elle dit, baissant les mirettes :
"C'est moi qui ai mis,
Au-dedans de ma collerette,
Cette fourmi."
Les clés de ses beautés secrètes
Ell' m'a remis.
Le ciel me tombe sur la crête
Si l'on dormit.
Le ciel me tombe sur la crête
Si l'on dormit.

Je suis plus l'ami de Clairette,
Mais son promis.
Je ne lui contais pas fleurette,
Je m'y suis mis.
De jour en jour notre amourette
Se raffermit.
Dieu protège les bergerettes
Et les fourmis !
Dieu protège les bergerettes
Et les fourmis !


Image

Avatar de l’utilisateur
julie11
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 1369
Inscription : 23 févr. 2006 [14:10]
Localisation : des côteaux et des vergers

Re: Les saisons

Messagepar julie11 » 30 août 2020 [12:00]

Image

L'orage
Parlez-moi de la pluie et non pas du beau temps,
Le beau temps me dégoûte et me fait grincer les dents,
Le bel azur me met en rage,
Car le plus grand amour qui me fut donné sur terre
Je le dois au mauvais temps, je le dois à Jupiter,
Il me tomba d’un ciel d’orage.

Par un soir de novembre, à cheval sur les toits,
Un vrai tonnerre de Brest, avec des cris de putois,
Allumait ses feux d’artifice.
Bondissant de sa couche en costume de nuit,
Ma voisine affolée vint cogner à mon huis (4)
En réclamant mes bons offices.

« Je suis seule et j’ai peur, ouvrez-moi, par pitié,
Mon époux vient de partir faire son dur métier,
Pauvre malheureux mercenaire (5),
Contraint de coucher dehors quand il fait mauvais temps,
Pour la bonne raison qu’il est représentant
D’une maison de paratonnerres. »

En bénissant le nom de Benjamin Franklin,
Je l’ai mise en lieu sûr entre mes bras câlins,
Et puis l’amour a fait le reste !
Toi qui sèmes des paratonnerre’ à foison,
Que n’en as-tu planté sur ta propre maison ?
Erreur on ne peut plus funeste…

Quand Jupiter alla se faire entendre ailleurs,
La belle, ayant enfin conjuré sa frayeur
Et recouvré tout son courage,
Rentra dans ses foyers faire sécher son mari
En me donnant rendez-vous les jours d’intempérie,
Rendez-vous au prochain orage.

À partir de ce jour je n’ai plus baissé les yeux,
J’ai consacré mon temps à contempler les cieux,
À regarder passer les nues,
À guetter les stratus, à lorgner les nimbus,
À faire les yeux doux au moindre cumulus,
Mais elle n’est pas revenue.

Son bonhomme de mari avait tant fait d’affaires,
Tant vendu ce soir-là de petits bouts de fer,
Qu’il était devenu millionnaire
Et l’avait emmenée vers les cieux toujours bleus,
Des pays imbécile où jamais il ne pleut,
Où l’on ne sait rien du tonnerre.

Dieu fasse que ma complainte aille, tambour battant,
Lui parler de la pluie, lui parler du gros temps
Auxquels on a tenu tête ensemble,
Lui conter qu’un certain coup de foudre assassin
Dans le mille de mon cœur a laissé le dessin
D’une petite fleur qui lui ressemble…
G. Brassens


Image


Image

Avatar de l’utilisateur
julie11
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 1369
Inscription : 23 févr. 2006 [14:10]
Localisation : des côteaux et des vergers

Re: Les saisons

Messagepar julie11 » 06 sept. 2020 [10:13]

Image


Les raisins du beau mois de septembre
Marguerite les cueille avec moi,
A ses doigts elle a des gouttes d'encre
L'oiseau chante dès qu'il l'aperçoit,
Ah ! belle Marguerite
Ah, qu'ils sont merveilleux,
Les doigts de ma petite
Egrenant les grappes du bon Dieu.

{Refrain, x2}
Qu'elle est belle, belle,
Celle que mon cœur aime tant,
Qu'elle est belle, belle, telle
Que la fleur au printemps !

En octobre on presse la vendange
Marguerite foule auprès de moi
Le raisin doré de ses pieds d'ange
Et chacun regarde avec émoi.
Ah ! belle Marguerite
Ah, qu'ils sont merveilleux,
Les pieds de ma petite
Piétinant les grappes du bon Dieu.

{au Refrain, x2}

En décembre, quand le vent s'affaire
Et balaie la neige sur le toit,
Le soleil d'été brille en nos verres
Marguerite alors trinque avec moi.
Ah ! belle Marguerite
Ah, que c'est merveilleux,
Des lèvres si petites
Dégustant les grâces du bon Dieu.

{au Refrain}

Ah, ah
Et chacun regarde avec émoi
Ah, ah
Belle Marguerite
Ah, que c'est merveilleux,
Des lèvres si petites
Dégustant les grâces du bon Dieu
Dégustant les grâces du bon Dieu.




Image Image Image

Avatar de l’utilisateur
julie11
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 1369
Inscription : 23 févr. 2006 [14:10]
Localisation : des côteaux et des vergers

Re: Les saisons

Messagepar julie11 » 12 sept. 2020 [15:23]

Image Image

C'est l'heure exquise et matinale
que rougit un soleil soudain.
A travers la brume automnale
tombent les feuilles du jardin.

Image


Leur chute est lente. On peut les suivre
du regard, en reconnaissant
le chêne à sa feuille de cuivre,
l'érable à sa feuille de sang.



Image Image

Avatar de l’utilisateur
julie11
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 1369
Inscription : 23 févr. 2006 [14:10]
Localisation : des côteaux et des vergers

Re: Les saisons

Messagepar julie11 » 20 sept. 2020 [11:04]

Image automne

Voici que la saison décline
L'ombre grandit, l'azur décroît,
le vent fraîchit sur la colline,
l'oiseau frissonne, l'herbe a froid !

Août contre septembre lutte ;
l'océan n'a plus d'alcyon
chaque jour perd une minute,
chaque aurore pleure un rayon.
V.H.


Image

Avatar de l’utilisateur
julie11
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 1369
Inscription : 23 févr. 2006 [14:10]
Localisation : des côteaux et des vergers

Re: Les saisons

Messagepar julie11 » 24 sept. 2020 [21:28]

Image
Image Image Image

Sois le bienvenu, rouge Automne,
Accours dans ton riche appareil,
Embrase le coteau vermeil
Que la vigne pare et festonne.

Père, tu rempliras la tonne
Qui nous verse le doux sommeil ;
Sois le bienvenu, rouge Automne,
Accours dans ton riche appareil.

Déjà la Nymphe qui s’étonne,
Blanche de la nuque à l’orteil,
Rit aux chants ivres de soleil
Que le gai vendangeur entonne.
Sois le bienvenu, rouge Automne


Image Image

Avatar de l’utilisateur
julie11
Membre Mega Génial
Membre Mega Génial
Messages : 1369
Inscription : 23 févr. 2006 [14:10]
Localisation : des côteaux et des vergers

Re: Les saisons

Messagepar julie11 » 29 sept. 2020 [08:08]

Image

Les deux petits jouaient au fond du grand pacage ;
La nuit les a surpris, une nuit d'un tel noir
Qu'ils se tiennent tous deux par la main sans se voir
L'opaque obscurité les enclôt dans sa cage.
Que faire ? les brebis qui paissaient en bon nombre,
Les chèvres, les cochons, la vache, la jument,
Sont égarés ou bien muets pour le moment,
Ils ne trahissent plus leur présence dans l'ombre.
Puis, la vague rumeur des mauvaises tempêtes
Sourdement fait gronder l'écho.
Mais la bonne chienne Margot
A rassemblé toutes les têtes
Du grand troupeau si bien que, derrière les bêtes,
Chacun des deux petits lui tenant une oreille,
Tous les trois, à pas d'escargot,
Ils regagnent enfin, là-haut,
Le vieux seuil où la maman veille.


Image


Revenir vers « Coin lecture : Livres, bouquins, romans, littérature, poésies... « »

Autres discussions